Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 17:59

 

Fleurs et Couronnes

 

 

 

Homme
Tu as regardé la plus triste la plus morne de toutes les fleurs de la terre
Et comme aux autres fleurs tu lui as donné un nom
Tu l'as appelée Pensée.
Pensée
C'était comme on dit bien observé
Bien pensé
Et ces sales fleurs qui ne vivent ni ne se fanent jamais
Tu les as appelées immortelles...
C'était bien fait pour elles...
Mais le lilas tu l'as appelé Lilas
Lilas c'était tout à fait ça
Lilas...Lilas...
Aux marguerites tu as donné un nom de femme
Ou bien aux femmes tu as donné un nom de fleur
C'est pareil.
L'essentiel c'était que ce soit joli
Que ça fasse plaisir...
Enfin tu as donné les noms les plus simples à toutes les fleurs simples
Et la plus grande la plus belle
Celle qui pousse toute droite sur le fumier de la misère
Celle qui se dresse à côté des vieux ressorts rouillés
A côté des vieux chiens mouillés
A côté des vieux matelas éventrés
A côté des baraques de planches où vivent les sous-alimentés
Cette fleur tellement vivante
Toute jaune toute brillante
Celle que les savants appellent Hélianthe
Toi tu l'as appelée soleil
...Soleil...
Hélas! hélas! hélas et beaucoup de fois hélas!
Qui regarde le soleil hein ?
Qui regarde le soleil ?
Personne ne regarde plus le soleil
Les hommes sont devenus ce qu'ils sont devenus
Des hommes intelligents...
Une fleur cancéreuse tubéreuse et méticuleuse à leur boutonnière
Ils se promènent en regardant par terre
Et ils pensent au ciel
Ils pensent... ils pensent...ils n'arrètent pas de penser...
Ils ne peuvent plus aimer les véritables fleurs vivantes
Ils aiment les fleurs fanées les fleurs séchées
Les immortelles et les pensées
Et ils marchent dans la boue des souvenirs dans la boue des regrets
Ils se traînent
A grand-peine
Dans les marécages du passé
Et ils traînent...ils traînent leurs chaînes
Et ils traînent les pieds au pas cadencé...
Ils avancent à grand-peine
Enlisés dans leurs champs-élysées
Et ils chantent à tue-tête la chanson mortuaire
Oui ils chantent
A tue-tête
Mais tout ce qui est mort dans leur tête
Pour rien au monde ils ne voudraient l'enlever
Parce que
Dans leur tête
Pousse la fleur sacrée
La sale maigre petite fleur
La fleur malade
La fleur aigre
La fleur toujours fanée
La fleur personnelle...
...La pensée...



Vous avez deviné l'auteur???

petites pensées
Jacques Prévert

Mais il n'avait pas vu mes pensées dans cet hiver qui ne finit pas..........

Partager cet article

Repost 0
Published by Maeldune - dans brico divers
commenter cet article

commentaires

Chris 07/09/2010 09:05



Jolie couleur pour ces pensées, joli poème.


Journée grisaille sans pluie.


Bon mardi


 



Corinne 11/03/2010 23:41


si nous avions un peu plus de soleil, nos pensées seraient plus positives
il arrive bientôt ................. le printemps

bisous


Maeldune 14/03/2010 09:19


Certes...
Et notre santé aussi, avec de la vitamine D


marie-bobine's 10/03/2010 21:33


je suis fan de Prévert et ta jolie composition réchauffe l'hiver!


Maeldune 11/03/2010 18:19


Merci!
Prévert avait une tronche à la Gabin et pas de poète!
J'aime les antagonismes comme dans ses verts de prés..!


Tricotine 09/03/2010 19:01


C'est vrai, l'hiver n'en fini pas. J'ai aussi beaucoup de mal à en voir le bout, aucun bourgeon à l'horizon annonciateur de beau temps!


Maeldune 10/03/2010 18:06


C'st vrai,
depuis une quinzaine d'années
je suis toujours tellement heureuse
de voir un nouveau printemps.


Pierrette 09/03/2010 16:51


Joli poème de Jacques Prévert!!!!
Où s'en vont mes pensées? Loin, bien trop loin!!!!!
Mais j'aime ces belles fleurs, toute en couleurs!!!
Bonne journée.
Bisous.
Pierrette.


Maeldune 10/03/2010 18:03


Oui comme Ariler j'aime beaucoup les fleurs
Même si je n'arrive pas à avoir des orchidées
comme elle!


Présentation

  • : Dentelles de sapins et cotons
  • Dentelles de sapins et cotons
  • : Jurassienne, je vous souhaite la bienvenue et vous offre la protection de nos si majestueux sapins sous une couette de blancs flocons. Blanc comme mes tricots d'art, blanc comme ma chienne, blanc comme l'hiver du Jura
  • Contact

Texte Libre

Recherche